mercredi 5 juillet 2017

Patrick Jarry, maire de Nanterre et Conseiller départemental, dénonce l’exclusion de l’opposition du conseil d’administration de Paris La Défense


Lors de sa séance du 30 juin, le Conseil départemental des Hauts-de-Seine a désigné ses 9 représentants au conseil d'administration de l'Etablissement public Paris La Défense qui doit se mettre en place le 1er janvier 2018.
Sur les 9 représentants, aucune place n’a été laissée à un élu de l'opposition. Le président de l’assemblée départementale et sa majorité de droite ont fait le choix d'exclure la candidature proposée par l'opposition, alors que jusqu'à présent, l'opposition disposait d'un représentant au conseil d'administration de De Facto, l'établissement de gestion de La Défense.
Cet acte anti-démocratique donne un très mauvais signe sur les intentions de la droite des Hauts-de-Seine dans la manière dont elle entend exercer sa tutelle sur le futur établissement Paris La Défense.
Alors que la réforme qui est à l’origine de la création de cet établissement public vise à mettre fin à la tutelle de l’Etat sur l’aménagement de La Défense et à redonner la main aux collectivités territoriales dans une démarche de partage des décisions par l’ensemble des acteurs de ce territoire, cette mainmise d’un parti sur la future direction de l’établissement ne peut que nous inquiéter.
Il s’agit là d’une méthode d’un autre temps, qui me conforte dans l’idée que le texte définitif de l’ordonnance gouvernementale créant le nouvel établissement, et qui doit être examiné très prochainement au parlement, ne doit pas placer l’aménagement de toute une partie du territoire de Nanterre sous la tutelle du département des Hautsde- Seine.
C’est ce droit majeur de notre ville à disposer de son destin que je défendrai aujourd’hui devant le rapporteur de la commission des lois du Sénat.

Patrick Jarry,
maire de Nanterre et Conseiller départemental
Mercredi, 05 juillet 2017