vendredi 24 mars 2017

Mosquée fermée à Clichy: prière devant la mairie pour protester

Des fidèles musulmans participent à une prière devant la mairie de Clichy, le 24 mars 2017, pour protester contre la fermeture de leur lieu de culte (Afp)
Cliquez pour agrandir

Entre 1.200 et 2.000 fidèles musulmans ont participé vendredi à une prière organisée devant la mairie de Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine) pour protester contre la fermeture cette semaine de leur lieu de culte en centre-ville, a constaté une journaliste de l'AFP.
Réunies dans le calme vers 13H00, 1.200 personnes selon la police, 2.000 selon les organisateurs ont écouté le prêche de l'imam et différentes interventions sur une placette faisant face à l'hôtel de ville, avant de se réunir sur une partie de la chaussée pour prier, sous bonne garde des CRS et de leur propre service d'ordre.
"Nous demandons au maire un lieu (de prière) digne et une solution définitive pour les musulmans clichois. Restez unis, solidaires et réclamez votre droit dans le calme et loin de tout débordement", a exhorté l'un des imams de la mosquée fermée, cheikh Abdoulhakim Badaoui.
"On va continuer à faire ça (des prières dans la rue, devant l'ancien lieu de culte ou la mairie, NDLR) jusqu'à ce que le maire trouve une solution digne, qui réponde aux besoins des musulmans" de Clichy, a indiqué à l'AFP Hamid Kazed, le président de l'Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC).
La police avait évacué mercredi la salle de prière d'Estienne d'Orves, au terme d'un long bras de fer entre la mairie LR qui veut en faire une médiathèque et l'UAMC qui la gérait et refusait de quitter les lieux malgré une décision d'expulsion.
Cette salle avait été aménagée sous la précédente municipalité PS et louée sous un "bail précaire" à l'UAMC, qui comptait la racheter.
A l'échéance du bail, le nouveau maire (LR) Rémi Muzeau, élu en 2015, avait décidé de transformer en médiathèque le lieu, qui accueillait de 3.000 à 5.000 fidèles, selon les jours. Il avait parallèlement inauguré en mai un nouveau lieu de prière dans sa ville.
Mais l'UAMC juge cette mosquée des Trois-Pavillons excentrée et trop exiguë.